En famille sur la Voie verte Trans-Ardennes

Depuis quelques mois, nous réfléchissons en famille à des vacances à vélo. Les enfants âgés de 11, 7 et 4 ans, adhèrent au projet mais rapidement deux questions surgissent :

 

– Premièrement, quel itinéraire suivre, suffisamment facile (c’est à dire plat et sans circulation) pour les encourager à continuer ?
– Deuxièmement : quel équipement choisir, sachant qu’un des adultes tire en permanence le petit de 4 ans avec une barre (donc sacoches réduites en volume à l’arrière pour permettre de manœuvrer) et que nous avons prévu une autre barre pour l’enfant de 7 ans « au cas où » sur le vélo du second adulte (donc mêmes contraintes) ?

 

 Je ne m’attarderai pas sur ce deuxième point. En quelques mots, nous avons préparé quelques mois auparavant cet équipement minimaliste : chacun porte une sacoche sur le guidon et un ou deux bidons d’eau. Les deux adultes et notre fille de 11 ans portent chacun deux sacoches imperméables à l’avant et deux à l’arrière, avec le matériel de camping (deux tentes, 5 matelas, 3 duvets), les vêtements, etc . Quel bonheur de ne retenir que l’essentiel pour cette escapade cyclo touristique !

 

 Revenons au premier point, notre itinéraire. Après plusieurs recherches, nous sommes d’accord sur la Voie verte Trans-Ardennes, qui débute à Charleville-Mézières, dans les Ardennes françaises (08 ) département dont mon mari est originaire et s’achève à Givet (frontière belge) . Longue de 83 km, elle présente l’avantage d’être continue et très sécurisée (très peu de portions partagées avec la voiture). Dessinée sur l’ancien chemin de halage, nous ne quittons pas le fil de l’eau, la Meuse et ses méandres, au cœur d’un Parc naturel régional.

 

 Nous décidons de la parcourir en 7 jours, en faisant plusieurs étapes sédentaires, pour profiter en famille de visites culturelles, sportives et amicales ! Nous nous rendons début juillet à Montcy-Notre Dame (Charleville), les vélos transportés sur la voiture et de l’énergie à revendre pour chacun. Le soleil est écrasant presque tout le long de notre séjour, il faut se ravitailler en eau dès que nous le pouvons. Le premier jour, notre petite étape de 20 km se révèle une petite merveille. Nous ne nous y attendions pas, mais toutes sortes d’animaux sont au rendez-vous sur le parcours (canards, cygnes, chevaux, cerfs…) pour le plus grand bonheur de nos enfants ! Nous nous arrêtons dans un camping à Monthermé, sur l’éblouissante boucle de la Meuse. La forêt nous accompagne, le vert est partout ici ! Les enfants s’extasient devant la moindre écluse et s’enivrent de vitesse quand ils font la course avec les péniches, qu’ils s’étonnent de dépasser. Nous poursuivons ensuite jusqu’à Revin, où nous visitons la Maison espagnole et où nous avons la joie de retrouver nos amis. 16 km plus loin, nous voilà à Fumay, où les enfants s’éclatent à Terraltitude, un parc accrobranche, fort d’une grande tyrolienne de plus d’un km, le Fantasticable et où nous sommes hébergés par des amis, après avoir été évacués du camping, suite à une tempête mémorable essuyée sous la tente ! A ce sujet, nous choisissons nos étapes en fonction des campings, qui sont suffisamment nombreux pour ne pas décourager les petits mollets (pas plus de 25 km par jour, c’est une règle d’or fixée dès le début). Étape suivante : Vireux-Molhain, non sans s’être auparavant délectés d’une promenade en  bateau électrique sur la Meuse à Haybes, petite bourgade pleine de caractère. Finalement, nous en redemandons et nous poursuivons directement jusqu’à Givet. Nous passons outre notre règle d’or (36 km ce jour-là…) et mettons à l’épreuve nos mollets ! En effet, la seule difficulté réelle (et attendue) de ce parcours réside dans une portion de 2,5 km de côte à 10 %, à hauteur de Chooz. En effet, nous sommes contraints d’abandonner provisoirement le chemin de halage pour contourner la centrale nucléaire sur une route départementale. Nous mettons tous pied à terre. Que les sacoches semblent lourdes ! Quelques coups de pédales plus loin, Givet nous attend, avec son pont et sa citadelle visibles de loin. Nous rencontrons des Néerlandais équipés comme nous et une famille en tandem assis-couché (promis, on va étudier de plus près le concept !). Nous sommes normalement arrivés au fait de notre voyage. Mais les Ardennes belges nous attirent et nous avons un mal fou à nous résoudre à quitter notre vélo. Après renseignements, nous réitérons notre entorse à la règle d’or et poursuivons jusqu’à Dinant (35 km) en empruntant le RAVEL (Réseau cyclable belge). Quel dommage cependant qu’à l’heure de l’Europe, rien ne soit fait pour promouvoir la continuité entre les réseaux belges et français ! Il nous faut nous arrêter plusieurs fois pour trouver notre chemin à la frontière. Puis la route est toute tracée, car le réseau cyclable dans cette région de Wallonie existe depuis belle lurette. Nous atteignons la magnifique Dinant et faisons étape pour la dernière fois au bord de la Lesse, un cours d’eau connu pour ses descentes en kayak. Nous visitons la ville, la citadelle et son téléphérique, testons la draisienne, en pédalant (encore et toujours) sur une ancienne voie de chemin de fer. Enfin, Monsieur fait le retour à vélo, à vide, afin de récupérer la voiture et nous emmener jusqu’à Charleroi et Bruxelles pour prolonger notre séjour par deux jours de visites.

 

 Pour conclure, voici une petite voie verte qui ne manque pas d’attraits. Bien entretenue, très bien signalée d’un bout à l’autre, restée presque sauvage à certains endroits (ah, que la vallée est belle à la hauteur des Dames de Meuse, entre Laifour et Revin, où le fleuve et notre chemin, profondément encaissés, nous donnent l’impression d’être seuls au monde!), ce parcours très facile nous permet de débuter en douceur les randos cyclotouristes. Les enfants sont ravis, ils ont pu expérimenter leur compteur, s’émerveiller devant les paysages en camaïeu de vert, éviter des saules tombés sur la voie, déracinés après un gros orage, apprendre les joies de la réparation d’un pneu crevé… Vous l’aurez compris, après les fascinantes berges de Meuse, nous sommes en réflexion pour notre prochain itinéraire !

 

 Isabelle D.
 
Pour plus d’infos : http://www.voiesvertes.com/htm/departement08.htm